Afrique 2019 Agrandir l'image

Afrique 2019

INT49

Nouveau produit

La croissance régionale devrait atteindre 2,6 % en 2019, contre 2,5 % en 2018 en Afrique subsaharienne (Africa’s Pulse, octobre 2019), l’environnement étant moins favorable, combinant une « incertitude persistante de l’économie mondiale » et une « lenteur des réformes », qui entravent la performance économique.

Plus de détails

199,00 € TTC

Fiche technique

CollectionHors-Série
Date de publication2019
LangueFrançais

En savoir plus

LES FEMMES AFRICAINES, FORCE DU CHANGEMENT

La croissance régionale devrait atteindre 2,6 % en 2019, contre 2,5 % en 2018 en Afrique subsaharienne (Africa’s Pulse, octobre 2019), l’environnement étant moins favorable, combinant une « incertitude persistante de l’économie mondiale » et une « lenteur des réformes », qui entravent la performance économique.

Cette prévision peu enthousiasmante ne doit pas empêcher d’apprécier les bonnes nouvelles : Maurice a récemment rejoint les 20 pays en tête
du classement Doing Business cette année. Si c’est le pays d’Afrique subsaharienne le mieux classé, ce n’est pas le seul, puisque arrivent ensuite le
Rwanda (29e) et le Kenya (61e). Cela atteste une nouvelle fois le fait que coexistent des réalités bien différentes sur le continent. Quelles sont les mesures à prendre afin de réduire ce fossé d’opportunités, et notamment pour les plus démunis et pour les femmes ? Une question cruciale car, si la croissance des pays d’Afrique subsaharienne se poursuit à un rythme aussi soutenu qu’entre 1998 et 2013 jusqu’en 2030, « le taux de pauvreté pourrait s’établir à 23 % [d’ici à 2030] ». Et l’autonomisation économique des femmes apparaît (enfin !) comme essentielle au progrès de tous les Africains. D’ailleurs, les femmes n’ont pas attendu pour prendre les choses en main sur le continent où il existe le taux le plus élevé au monde de femmes entrepreneuses (24 %). À titre d’exemple, les femmes africaines contribuent à une part importante du travail agricole sur le continent. Subsistent – comme partout ailleurs – des écarts de revenus entre les hommes et les femmes, mais aussi un accès réduit au crédit et à la terre. Mais la prise de conscience, point de départ à tout changement, est là, et si les politiques ciblent davantage ces obstacles à l’autonomisation économique des femmes, cela pourrait contribuer « non seulement à réduire l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, mais également à renforcer la croissance économique ». Les faits sont là et, comme le rappelle la fondatrice de Women in Africa, Aude de Thuin : « Il y a une corrélation évidente entre [les pays] dans lesquels il y a le plus de femmes aux commandes – que ce soit dans le privé ou dans le public – et la bonne santé économique. »


LEADERSHIP

Les 50 leaders africains influents


DOSSIERS

• Ces start-up qui font bouger les lignes
• Le palmarès MyAfricanStartUp des 100 start-up africaines
• Financement et assurance
• Énergie et environnement
• Transports, infrastructures et aménagement du territoire
• Retail - agroalimentaire & Hôtellerie
• Télécommunications et digital
• Santé
• Régulation et droit
• Africa Desk
• Zoom sur le Maroc


CLASSEMENTS

Africa desks Europe continentale
Africa desks Paris
Maghreb
Afrique Subsaharienne

ANNUAIRE
Des fiches-annuaires avec les principaux acteurs

Arbitres
Cabinets de conseils & Prestataires 
Banques d'affaires et conseils financiers 
Avocats 

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Afrique 2019

Afrique 2019

La croissance régionale devrait atteindre 2,6 % en 2019, contre 2,5 % en 2018 en Afrique subsaharienne (Africa’s Pulse, octobre 2019), l’environnement étant moins favorable, combinant une « incertitude persistante de l’économie mondiale » et une « lenteur des réformes », qui entravent la performance économique.